Reims : 03 51 42 26 72 // Metz : 03 87 35 15 53 // Nancy : 03 83 23 40 97 // Orléans :

Ça y est, il est arrivé ! Et avec lui, les feuilles mortes qui jonchent les trottoirs, les pluies diluviennes et le vent frais qui se glisse dans le col de nos manteaux… Eh oui, on veut bien sûr parler de l’automne ! C’est souvent durant cette période que bon nombre d’utilisateurs de trottinettes électriques se demandent s’ils ne vont pas devoir ranger leur fidèle destrier dans un placard en attendant le retour du beau temps. Mais pour les irréductibles fans et pour ceux qui n’ont pas peur d’un peu d’eau, sachez qu’il est tout à fait possible de faire de la trottinette électrique sous la pluie. À condition bien sûr de respecter certaines mesures de précaution et de suivre ces 7 conseils !

Faire de la trottinette électrique sous la pluie : oui. Affrontez les orages : non !

Même si bon nombre de trottinettes électriques sont équipées pour faire face à une pluie fine ou une averse, mieux vaut éviter de s’en servir lorsqu’un orage éclate ou s’il pleut des trombes d’eau.

Dans ce cas, mettez-vous à l’abri en attendant que le grain passe ou prenez les transports en commun, votre trott’ sous le bras, si vous êtes très pressé. e ! Il faut savoir être raisonnable de temps en temps (ce n’est pas simple, on le sait bien…), mais c’est pour la bonne cause.

Adaptez votre tenue

Si vous ne voulez pas arriver au travail ou à votre lieu de rendez-vous complètement trempé. e, pensez aux vêtements de pluie. 

Poncho, surpantalon déperlant, chaussures de marche étanches… Avec eux, vous ne serez peut-être pas stylé, mais resterez au sec ! Vous n’aurez plus qu’à vous changer, une fois à destination. 

Les vêtements de pluie sèchent généralement très vite, à condition de ne pas les fourrer pêle-mêle dans un sac. Il faudra simplement dénicher un endroit (discret) pour les étendre dans l’open-space… On vous fait confiance, vous allez trouver !

Restez visible

Qui dit faire de la trottinette électrique sous la pluie, dit visibilité fortement réduite et donc risque d’accident ! 

Pour être vu par les autres usagers de la route, pensez aux vêtements réfléchissants (ou au gilet jaune le cas échéant) et allumez vos feux de signalisation avant et arrière. Enfin, vous pouvez également ajouter à votre panoplie :

  • Un casque LED : En plus de vous protéger en cas de chocs et/ou de chutes, ce casque peut informer les piétons, cyclistes et automobilistes de vos déplacements. Sa télécommande, à fixer sur le guidon, vous permet en un clic d’allumer clignotants et signalisation de freinage. Pratique et rassurant !
  • Un sac à dos LED : Avec une contenance impressionnante et ses 3 compartiments, ce sac est parfait pour transporter vos affaires de rechange bien au sec, votre ordinateur et tout votre petit bazar. Mais son véritable avantage réside dans sa signalisation LED qui vous permettra d’indiquer vos dépassements, freinages et tous vos changements de direction.

Protégez votre trottinette électrique avant et après vos sorties

Si vous n’êtes pas l’heureux propriétaire d’une trottinette électrique étanche (nous y reviendrons plus tard), il est essentiel avant chaque sortie par temps pluvieux de protéger les parties sensibles de votre engin, comme le boitier de commande ou les prises de charge par exemple. Vous pouvez appliquer du cellophane sur lesdites parties, mais il existe également des manchons en néoprène pour quelques dizaines d’euros qui peuvent vous rendre bien des services. 

Mais votre travail ne s’arrête pas là ! Faire de la trottinette électrique sous la pluie est une chose, mais encore faut-il en prendre grand soin quand vous arriverez à destination pour préserver sa durée de vie ! 

Après une sortie particulièrement humide, pensez donc à égoutter votre trott’ ou à la sécher avec une serviette. Il faut à tout prix éviter les stagnations d’eau dans le local de la batterie. Enfin, ne la laissez pas dehors (ou sur votre loggia ou votre balcon) : les EDP n’aiment vraiment pas l’humidité et ont besoin de se reposer dans un endroit sec et à température ambiante.

Surveillez votre conduite

Une fois que vous et votre trott’ êtes équipés, il est temps d’affronter les éléments. Mais attention, pas n’importe comment !

Dès l’instant où le sol est mouillé, soyez vigilant et évitez de faire des gestes trop brusques. Si vous tentez de tourner d’un coup, vous risquez de déraper et de chuter. C’est de la physique. Simple et basique !

Par ailleurs, souvenez-vous aussi que vous aurez besoin de plus de temps pour vous arrêter. Tout comme en voiture, allongez vos distances de sécurité et essayez d’anticiper au maximum vos freinages, sous peine de frayeur ou de collision !

Prenez garde aux éléments glissants

Il faut un peu d’entraînement pour repérer tous les petits pièges que nous tend la ville pendant et après une averse. En voici quelques-uns à garder précautionneusement à l’œil :

  • Les passages piétons et leur peinture particulièrement glissante une fois détrempée ;
  • Le marbre de certaines places ;
  • Les plaques d’égout ;
  • Les rainures des routes en travaux ;
  • Les feuilles mortes ;
  • Les flaques, bien évidemment !

Dans tous les cas, restez attentif à votre environnement et aux autres (chiens, enfants et autres piétons) !

Optez pour une trottinette waterproof

Il est généralement difficile de connaître la véritable résistance aux intempéries des modèles de trottinettes électriques. C’est pour apporter plus de transparence envers les consommateurs que de plus en plus de marques ont choisi de se faire certifier par un indice de protection eau/poussière : c’est l’IP. Plus ce dernier est élevé, meilleure sera l’étanchéité de votre trott’ ! 

À titre d’exemple, la trottinette Lab’Elle Véloce possède un IP54. C’est donc une véritable machine de guerre contre la pluie puisqu’elle a su répondre positivement aux nombreux tests (et jets à haute pression) qu’elle a subis.

À présent, vous avez toutes les cartes en main pour faire de la trottinette électrique sous la pluie sans risquer votre vie ou celle de votre engin ! Et vous, osez-vous affronter la pluie ou faites-vous partie de ceux qui préfèrent s’offrir une pause hivernale ?