1° La fréquence d’utilisation :

  • Occasionnelle (Quelques fois / mois) : Principalement pour les personnes qui désirent faire une petite balade de temps en temps lors des beaux jours de printemps et de l’été.
  • Régulière (2 à 3 fois / semaine) : Une pratique qui correspond déjà à un usage important pour les personnes actives qui recherchent un certain confort.
  • Intensive (tous les jours) : Pour les personnes qui vont utiliser leurs trottinettes électriques comme un moyen de locomotion à part entière.

2° La forme du cadre :

  • Enjambement bas : Enjambement qui est plus facile à enfourcher car il n’y a pas besoin de lever la jambes très haut. Idéal pour les trajets courts avec des arrêts fréquents. Ce type de cadre est vraiment conseillé pour les balades en ville par exemple. Attention, l’enjambement bas n’est pas réservé qu’aux femmes, bien au contraire.
  • Enjambement haut : Cadre généralement pour les personnes qui recherche un vélo électrique un peu plus sportif. Avec l'enjambement haut, le cadre sera plus rigide donc l'armature sera renforcée.

3° Le moteur :

C’est l’un des éléments le plus important à prendre en considération quand vous investissez dans un vélo à assistance électrique. Vous devez choisir votre moteur en fonction de la pratique que vous allez avoir avec votre vélo électrique mais aussi des sensations que vous désirez avoir.

Il existe 3 types de positions moteur :

  • Moteur roue arrière : C’est lorsque le moteur est placé dans le moyeu de la roue arrière. Il procure une forte impression de puissance et de propulsion. C’est la propulsion la plus réactive et dynamique car elle est directement reliée à la transmission arrière. Ce qui est pratique pour les balades en ville avec du punch.

Toutefois 2 inconvénients peut être identifiés:

- L’entretien peut être compliqué, en cas de crevaisons, c’est plus difficile de retirer la roue.
- Généralement sur ce type de moteur, la batterie est aussi à l’arrière donc le poids du vélo est sur l’arrière ce qui peut être perturbant au début.

  • Moteur central (au niveau du pédalier) : C’est le type d’assistance le plus performant et élaboré car il s’agit ici d’assistance proportionnelle. Pour résumer, plus vous exercerez une pression forte sur les pédales et plus le moteur enverra de puissance. L’inverse marche aussi. La puissance du moteur délivrée sera proportionnelle à la puissance que vous exercez sur les pédales.

Les avantages de ce VAE sont nombreux :

- Vous n’avez plus l’impression d’être assisté, il n’y a pas d’à-coups et l’assistance se fait tout en douceur.
- Ce type de moteur est parfait pour les trajets moyens à longs.
- La répartition du poids est optimisée, il est donc plus maniable et plus stable.
- Plus facile à gérer pour l’entretien.

  • Moteur roue avant : C’est lorsque le moteur est placé dans le moyeu de la roue avant. Il procure une forte impression de puissance et de traction. C’est une assistance qui est moyennement réactive. En revanche, à l’inverse du moteur arrière, ce moteur permet une conduite plus fluide en ville.

Toutefois, deux inconvénients peuvent être identifiés comme pour le vélo à assistance électrique moteur arrière :

- L’entretien peut être compliqué, en cas de crevaisons, il est plus plus difficile de retirer la roue.
- Le poids du vélo est supérieur à l’avant, ce qui peut être un peu perturbant au début.

4° Le couple moteur :

C’est peut être le critère le plus important à prendre en compte lors de l’investissement dans un vélo à assistance électrique. Le « couple », exprimé en Newton/mètre (Nm), est une notion qui représente la force que le moteur impulse au mouvement. Plus le couple moteur est élevé, plus le vélo aura une capacité importante à vous aider dans les côtes, et/ou si vous transportez des affaires.

Attention, le couple et la puissance sont indépendants. Concernant la puissance, la loi Française bloque la puissance à 250 Watts. Le moteur doit se couper automatiquement à 25km/h et il se coupera dès que vous arrêtez de pédaler ou freiner.

5° La batterie du VAE :

c’est ici qu’il ne faut pas se tromper en fonction de votre usage du VAE. La batterie donne au vélo à assistance électrique son autonomie et sa puissance. La performance de la batterie est exprimée par :

  • Sa tension exprimée en Volt (V)
  • Sa capacité exprimée en Ampère-Heure (Ah).

Pour simplifier les choses plus vous avez de tension (V), plus vous aurez l'impression de puissance et plus vous avez d'ampère-heure (Ah), plus vous aurez d'autonomie.

L’autonomie varie en fonction de plusieurs critères d'utilisation :

- Le poids de l’utilisateur du VAE plus ce que cycliste transporte.

- Le relief où vous roulez. Par exemple, si vous roulez dans un milieu vallonné, une batterie de 36V sera plutôt conseillée. Sinon, en restant principalement sur du plat, une 24V sera suffisante.

- Les conditions climatiques (chaud, froid).

- L'état du VAE, comme le gonflage des pneus par exemple.

- La façon de rouler (dynamique, en douceur).

Petit astuce : Nous vous conseillons un minimum de 8Ah si vous devez effectuer des trajets de plus de 25 Kms et avoir un peu de marge.

Enfin pour calculer la puissance d’un vélo à assistance électrique en Watts, il faut multiplier la tension de sa batterie exprimée en volts par l'intensité exprimée en ampères. Par exemple un vélo de 24V 10Ah fait 240W. Dans le cas où le vélo a une puissance supérieure à 250W comme par exemple 36V x 8Ah = 288 W, celle-ci est bridée électroniquement et le surplus de puissance se reporte sur une plus grande autonomie de la batterie.

6° Phare/réflecteur avant et phare/réflecteur arrière :

Parce que la sécurité est l’affaire de tous, nous vous conseillons vivement de valider au minimum les réflecteurs sur l’avant et l’arrière de votre vélo à assistance électrique.

Petite astuce : Si vous n’en avez pas, il existe de nombreux accessoires pour voir et être vus de tous.

Voir nos accessoires pour VAE

10° Le SAV et les garanties :

La garantie et le SAV se doivent d’être des points essentiels dans le choix de votre VAE. Beaucoup de fabricants distinguent la garantie apportée sur la partie cycle (le vélo en lui-même) du moteur et de la batterie. Les durées de garanties s’étalent de 1 à 5 ans généralement sur la partie cycle et de 1 à 3 ans pour le moteur et la batterie. Aussi, certains fabricants donnent un nombre de cycles de charges garanti pour la batterie.

Conseil important : nous vous conseillons de ne jamais négliger cette partie. Si vous le pouvez, prenez toujours une extension de garantie ainsi qu’une assurance afin d’éviter les mauvaises surprises qui peuvent gâcher votre plaisir en cas de sinistre.

Voir les garanties et services

Nous espérons avoir réussi à vous aider dans la compréhension des critères de choix pour l’achat de votre futur vélo à assistance électrique.
Le meilleur conseil que nous pouvons vous donner, si vous avez des questions, est de ne pas hésiter à nous contacter : contact@li6.fr
Nous serons ravis d’échanger avec vous par mail ou de vous rappeler par téléphone afin de vous conseiller au mieux.
Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager autour de vous. Vous aiderez peut-être une autre personne à faire le bon choix.